à SAINT PARDOUX LE LAC
Dans un site magnifique au creux de la vallée de la Couze, venez découvrir le Jardin du Moulin. Touristes, promeneurs, amateurs de fleurs, de nature et d'animaux pourront y observer une multitude d'espèces d'arbres et de fleurs qui accueillent les habitants du jardin. Petits et grands trouveront ainsi leur bonheur entre l'île, le canal et la colline.
Visite libre. Accueil de groupes sur réservation.
Pisciculture des Saules Blancs, vente directe de produits transformés truites et anguilles (sur rendez-vous).
à RANCON
Les deux chênes que l'on peut voir près de la lanterne des morts de Rancon furent très probablement plantés ici après la désaffection du cimetière qui existait autrefois à cet endroit précis. En effet, pour des raisons de salubrité et d'hygiène, une loi de 1804 oblige les municipalités à transférer les cimetières en dehors des bourgs, celui de Rancon fut donc déplacé en 1872. Ainsi, on estime l'âge de ces deux chênes à environ 140 ans. Ils mesurent 3,70 m et 3,15 m de circonférence. Le square de la lanterne est le point de départ du sentier de randonnée "La Gartempe"
L'arbre et son environnement sont fragiles, respectons les !
Renseignements auprès de l'Office de Tourisme du Pays du Haut Limousin.
à CROMAC
L'ensemble du parc du château de Lascroux dessiné dès 1893 par le paysagiste limougeaud Nivet est ouvert à la visite.

L'entrée se fait par les "tourelles" (porteries néogothiques à tours et mâchicoulis), la grande allée dessert l'ancien potager (ne se visite pas) avec en arrière plan une orangerie et une serre, le pavillon néoclassique se découvre en continuant et plus loin le château actuel, puis le visiteur rejoint les écuries (1860) qui abritent 7 stalles pour les chevaux et 4 remises pour voitures hippomobiles et passe devant la sellerie (visible d'une fenêtre).

La plupart des arbres a été plantée au XIXème siècle. L'eau provenait des tourelles d'entrée qui étaient elles même alimentées par des sources en amont de l'étang (système de bélier hydraulique).

Une partie du château actuel est ouverte à la visite : il s'agit du vestibule, du salon, du bureau et de la salle à manger.

L'entrée s'effectue par un grand vestibule. La lumière tamisée traverse les vitraux peints du XIXème. Le système de chauffage se faisait par le sol et les plinthes : une grille est visible au centre de la pièce. Sur le côté, une porte donne dans le bureau. Le sol est carrelé pour pouvoir recevoir tout un chacun, fermiers ou marchands, palefreniers ou maquignons, personnel ou familles. De chaque côté un couloir, également carrelé, desservait les différentes pièces. Le grand escalier en bois donne accès aux étages supérieurs.

à MAGNAC LAVAL
Situé dans une cadre idéal au bord de la Brame, le jardin des enfants abrite un verger, différents types de fleurs ainsi qu'un hôtel à insectes. Il permet aux visiteurs d'observer des insectes et des oiseaux le temps d'une pause pique-nique sur les tables en bois prévues à cet effet.
à CHATEAUPONSAC
A l'extrémité du Faubourg du Moutier, quartier historique de la ville de Châteauponsac, une petite place permet au promeneur de bénéficier d'un point de vue magnifique sur la cité châtelaude et, en contrebas, sur la vallée encaissée de la Gartempe. La photo vaut le détour...
Renseignements auprès de l'Office de Tourisme Communautaire Gartempe-Saint Pardoux : 05 55 76 57 57 ou 05 55 76 56 80
à DROUX
Situées en bord de Gartempe et d'une superficie de 8ha, les buttes à Gaudy sont constituées d'une prairie humide à Jonc acutiflore et de deux buttes de landes sèches à Bruyère cendrée et Ajonc nain.
Classées Natura 2000, elles ont été restaurées et sont gérées par le Conservatoire des Espaces Naturels du Limousin. Quatre espèces floristiques remarquables ont été recensées sur les buttes à ce jour : l'Arnosérie fluette (Arnoseris minima) et le Séneçon à feuilles d'Adonis (Senecio adonidifolius) toutes deux inscrites sur la liste rouge des espèces menacées, le Pied-d'oiseau délicat (Ornithopus perpusillus) et la Téesdalie à tige nue (Teesdalia nudicaulis) rare à très rare dans le Nord de la Haute-Vienne.
Le Lézard des souches (Lacerta agilis) et le Lézard vert (Lacerta viridis), bénéficiant tous deux d'une protection nationale ainsi que d'une inscription dans l'annexe IV de la Directive Habitats et dans la liste rouge des espèces menacées, sont également présents sur ces milieux.
à CROMAC
La rivière de la Benaize prend sa source dans la commune de La Souterraine (Bussière Madeleine) et sert de limite entre l’Indre et la Vienne. Elle s'étale au milieu d'un lit de verdure pour former le lac de Mondon (lac artificiel de 15ha). Captive des eaux calmes du lac, elle s'évade par un étroit couloir pour se mêler aux eaux du Glévert puis elle va devenir plus tumultueuse, encombrée de gigantesques rochers. Non loin, le visiteur découvrira l’abri sous roche du "Pont du Loup" (dans les années 1960, des objets en silex taillé y furent découverts : lances, poignards, polissoirs, poteries) et en aplomb à 50 m la Croix de la Paix (Erigée en 1871, certainement pour concrétiser l’armistice avec l’Allemagne, mettant fin à la guerre de 1870). Sa route sera barrée par un ensemble rocheux laissant juste un étroit couloir où la Benaize roule et bondit sur un dénivelé d’environ 2m, elle se précipite et ressort en bouillonnant dans un environnement sonore et intense formant le Pot Bouillant. En plus de la chute d’eau, le visiteur découvrira la Marmite et le Pas de Bœuf, cavités naturelles creusées par les eaux tumultueuses surmontées d’un rocher ressemblant à une grenouille. Cent mètres plus bas, sur l’autre rive se cache la fameuse grotte des Martres.
à SAINT LEGER MAGNAZEIX
Site classé Natura 2000, l'étang de Murat est situé sur les communes de Saint Léger-Magnazeix et Lussac les Eglises, au centre nord du département de la Haute-Vienne à environ 50 kilomètres de Limoges. La commune de Lussac-les-Eglises le borde sur la totalité de la berge nord-est sur plus d'un kilomètre (là où se trouve l'observatoire ornithologique).
Plan d'eau artificiel construit sur la rivière l'Asse, c'est l'un des étangs les plus grands et les plus anciens du département de la Haute-Vienne.
Construit entre 1474 et 1534, l'étang de Murat, d'une superficie de 30 hectares, est depuis longtemps connu des naturalistes pour sa richesse écologique (châtaigne d'eau, litorelle des lacs, lucane cerf volant, cuivré des marais...).
Proche de la Brenne et favorablement situé sur les axes migratoires, l'étang accueille de nombreuses espèces d'oiseaux d'eau (sarcelle, milouin, grèbe...). Sa structure plate et la qualité de ses habitats naturels humides et aquatiques en font un site privilégié pour le repos, la reproduction et la nidification des oiseaux d'eau.