à FROMENTAL
Le site de Montautre est occupé depuis le Néolithique. Il est situé en surplomb d'un affluent de la Semme, en bordure d'un plateau et proche de sources d'eau vive. Il possède des vestiges de l'époque gallo-romaine. A partir de 1403, la vie du site est connue grâce aux archives intégralement conservées par les descendants de la famille qui l'a occupé pendant 6 siècles. Le 1er ʺseigneur de Montostreʺ est Olivier Mondin, écuyer, qui fait construire le logis seigneurial vers 1465, à côté d'un bâtiment daté de 1445. En vis-à-vis, le logis des gardes et ses 2 tours est construit en 1500-1510. L'ensemble est fermé par des murailles machicoulées auxquelles on accède par un pont-levis. De 1550 à 1560, sous François Mondin, c'est la construction de la tour escalier et l'ajout de la fenêtre à meneaux. Les seigneurs de Montautre rendaient hommage au baron de Fromental pour leur fief de Montautre, mais aussi au vicomte de Bridiers pour les seigneuries de La Barde et de Rechignevoisin acquises par alliance. En 1735, Marie-Marthe Monclin, seule héritière du domaine se marie avec Joseph-Daniel Bony de Lavergne, Comte de Ladignac qui devient seigneur de Montautre. Leur fille Marie de Bony hérite du domaine et se marie avec Charles-Sylvain Dufour de la Prugne.
Depuis 2018, les propriétaires du site sont Catherine et Serge Lacaze. Aujourd'hui, avec les conseils de partenaires (DRAC, UDAP, experts locaux ou régionaux), un premier chantier de restauration des menuiseries du logis seigneurial a obtenu un label de la Fondation du Patrimoine grâce au soutien de la mairie de Fromental. Le second chantier est le sauvetage du bâtiment des gardes (salle des gardes, chapelle, tourelle) qui va faire l'objet d'une souscription publique sous l'égide de la Fondation du Patrimoine. Des visites sur RDV sont envisagées (pendant les Journées Européennes du Patrimoine dans un premier temps) ainsi que l’ouverture de 2 chambres d'hôtes et de la salle des gardes pour des réunions publiques. Serge Lacaze 06 07 53 00 45 ou contact@chateau-de-montautre.fr.
à LIMOGES
La Cour d'appel de Limoges est une des 36 cours d'appel françaises. Juridiction de l'ordre judiciaire, elle connaît, sous réserve des compétences attribuées à d'autres juridictions, des décisions judiciaires, civiles et pénales, rendues en premier ressort. Elle statue également en appel sur les jugements des Cours d’assises du premier degré. La Cour d’appel est organisée en trois pôles : - le pôle pénal : chambre des appels correctionnels, chambre de l’instruction, chambre de l’application des peines. - le pôle civil : chambre civile et chambre de la famille. - le pôle économique et social : chambre sociale.