à NIEUL
Cet édifice a été construit au XIIe siècle avec reconstruction et restauration aux XIIIe, XVe (chapelle avec clef de voûte sculptée) et XIXe (clocher carré de 1894) siècles. Deux dates 1677 et 1689 indiquent probablement des restaurations. On y accède par un bon portail du XIIIe siècle à 3 voussures. La chapelle méridionale est dotée d’une élégante porte avec linteau (courbe mouluré, trèfle, archivolte en accolade qui retombe sur 2 culots sculptés de feuillages). Elle est constituée d’une nef unique de 4 travées dont la 1ère est voûtée d’ogives toriques qui retombent sur un faisceau de 3 colonnettes rondes et la 4ème qui sert de sanctuaire avec chevet droit et qui possède des vestiges de l’église romane primitive (murs et fenêtres limousines d’un bon style).
On peut y admirer des objets classés (copie des XVIIIe-XIXe siècles d’un tableau de Saint Jean de la Croix et tableau de Sainte Thérèse d’Avila XVIIIe-XIXe siècles) et des objets inscrits (statue de la Vierge de l’Assomption XVIIIe). A proximité de l’église se trouve un oratoire qui fut érigé sous l'épiscopat de Monseigneur de La Fayette (1627 à 1676) au milieu de l'ancien cimetière de Nieul aujourd'hui transformé en place.
à JABREILLES LES BORDES
Après vous être garé au bord de la D114 entre Jabreilles-les-Bordes et Saint-Goussaud, découvrez sur votre droite l'ensemble granitique de la Roche Guéry. Ensuite, traversez la route et suivez à gauche le chemin et admirer en surplomb une 1ère loge bien conservée. En contrebas, vous en apercevez une autre caractéristique avec cheminée incorporée.
Continuez à monter pour arriver à une table d'orientation à 635 m d'altitude. Ici, au cœur de ce site exceptionnel, où nature et patrimoine ne font qu’un, un panorama époustouflant s'offre à la vue.
à SAINT LAURENT LES EGLISES
Il a été construit par la Société des Forces Motrices en 1930 à une dizaine de mètres en amont de l’ancien ouvrage de pierres. En juillet 1944, les maquisards ont fait sauter un des arcs pour empêcher le repli des troupes allemandes remontant vers la Normandie. En août, lors de la fuite des miliciens, la police militaire allemande fit baisser le niveau du barrage pour traverser sur l’ancien pont submergé. Le pont actuel, long de 65 m, fait partie de la catégorie des ponts Bow string, c’est-à-dire à corde d’arc. Il est labellisé patrimoine du XXe siècle.
Le Taurion, qui coule sous le pont du Dognon est une rivière qui prend sa source en Creuse à l’Ouest d’Aubusson. L’importance de son débit s’est vite révélée intéressante pour la production hydroélectrique. Deux barrages, toujours exploités aujourd’hui par E.D.F., y ont été construits en 1931 et 1935. Le plus imposant, du haut de ses 43 m, est celui du Maureix et le plus modeste de 10 m de hauteur celui de Chauvan. Le Taurion et sa vallée font partie des sites Natura 2000.

à SAINT PRIEST TAURION
Connu depuis le XVe siècle, le château (inscrit à l’Inventaire Supplémentaire du Monuments Historiques) appartient à la famille de Sèze depuis 1783. Au milieu du XIXe, l’édifice est restauré et agrandi dans le style néo-gothique, à l’initiative du propriétaire Pierre Edmond Teisserenc de Bort. De nouvelles constructions apparaissent : tour ronde, pavillon octogone, tourelle polygonale. La chapelle est modifiée au niveau du chevet par la construction d'un chœur saillant dont les fondations sont commencées en 1855. Des peintures murales du XVe sont conservées sur les murs de la nef. A ce décor s'ajoute celui, polychrome, du XIXe, attribué à l'atelier du peintre Louis Steinheil.

L'édifice est maintenant constitué de 2 ailes en équerre construites en granit. Deux tours rondes, couronnées de mâchicoulis, flanquent les angles de chaque aile sur la cour et une galerie animée d'arcades s'élève sur un niveau, en avant de la façade ouest. Le parc paysager, typique du XIXe siècle est agrémenté d’une trentaine d’espèces d’arbres différentes qui se découvrent sur 3 circuits aménagés. Le site se compose également de 5 petites maisons de garde s'élevant aux différentes entrées du domaine. Le château appartenant à la 8ème génération d’entrepreneurs sur le domaine est aujourd’hui un lieu d’hébergement. Les propriétaires, passionnés par leur patrimoine, vous recevront dans ce havre de paix lors de visites guidées uniquement sur rendez-vous.
à ARNAC LA POSTE
Le Musée du Vélo du Haut Limousin Découvrez l’univers des vélocipèdes : parcourez l’histoire du vélo de sa création en 1817 jusque dans les années 80 : vélos remarquables, cycles de courses, objets liés aux vélos…
Visite guidée d'environ 1h30. Ouvert de mi-juin à mi-septembre pour les individuels. Ouvert tous les jours de 10h à 18h, sauf le mercredi. Hors saison estivale, ouvert sur rendez-vous pour les groupes à partir de 10 personnes. Accessible aux PMR. Renseignements par téléphone. Adultes 4 Euros - de 12 à 17 ans 1 Euro - moins de 12 ans gratuit.
à BELLAC
Située dans le quartier médiéval de Bellac, la Galerie Hermitage accueille des exposition(s) d’œuvres d’art originales et contemporaines, de la peinture à photographie, de la sculpture au textile et l’art du livre, du dessin à l’assemblage - et plus encore!
Cette galerie d'art indépendante dispose d'un jardin pour passer des moments agréables et se rafraîchir durant les journées d'été.
Expositions en été et en automne. Galerie sur 2 niveaux.
Jours et horaires d'ouverture sur la page Facebook.
Les œuvres d’art originales d’art peuvent être å la vente.
à BUSSIERE GALANT
Eglise fondée en 1127. Edifice à nef unique avec un chœur à cinq pans. Chaque pan est percé d'une baie en plein-cintre. A l'entrée du chœur s'élèvent, de chaque côté, deux piliers à tailloirs. L'ensemble de l'édifice est couvert d'un plafond lambrissé. Les principales modifications ont touché la couverture, sans doute au 17e siècle. La totalité de l'église, à l'exception de la toiture, avec son terrain d'assiette est inscrite au titre de Monuments Historiques depuis le 22 mai 2003.
Informations : Mairie de Bussière-Galant au 05 55 78 80 26.
à LIMOGES
Galerie d'art présentant les pièces de l'Atelier de broderie Sinclair ainsi que les pièces en porcelaine de Limoges LS Art & Création.
Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 18h.
à FROMENTAL
Le site de Montautre est occupé depuis le Néolithique. Il est situé en surplomb d'un affluent de la Semme, en bordure d'un plateau et proche de sources d'eau vive. Il possède des vestiges de l'époque gallo-romaine. A partir de 1403, la vie du site est connue grâce aux archives intégralement conservées par les descendants de la famille qui l'a occupé pendant 6 siècles. Le 1er "seigneur de Montostre" est Olivier Mondin, écuyer, qui fait construire le logis seigneurial vers 1465, à côté d'un bâtiment daté de 1445. En vis-à-vis, le logis des gardes et ses 2 tours est construit en 1500-1510. L'ensemble est fermé par des murailles machicoulées auxquelles on accède par un pont-levis. De 1550 à 1560, sous François Mondin, c'est la construction de la tour escalier et l'ajout de la fenêtre à meneaux. Les seigneurs de Montautre rendaient hommage au baron de Fromental pour leur fief de Montautre, mais aussi au vicomte de Bridiers pour les seigneuries de La Barde et de Rechignevoisin acquises par alliance. En 1735, Marie-Marthe Mondin, seule héritière du domaine se marie avec Joseph-Daniel Bony de Lavergne, Comte de Ladignac qui devient seigneur de Montautre. Leur fille Marie de Bony hérite du domaine et se marie avec Charles-Sylvain Dufour de la Prugne, maire de la Souterraine. Ainsi, le site réussit à traverser toute la période révolutionnaire sans dommage.
Depuis 2018, les propriétaires du site sont Catherine et Serge Lacaze. Aujourd'hui, avec les conseils de partenaires (DRAC, UDAP, experts locaux ou régionaux) et grâce au soutien de la mairie de Fromental un premier chantier de restauration des menuiseries du logis seigneurial a obtenu un label de la Fondation du Patrimoine. Le second chantier est maintenant le sauvetage du bâtiment des gardes (salle des gardes, chapelle, tourelle) qui fait l'objet d'une souscription publique sous l'égide de la Fondation du Patrimoine. Pour aider à la restauration de cet ensemble de bâtiments remarquables - les propriétaires ne bénéficiant d'aucune subvention et le bâtiment n'étant pas classé - il est possible de faire un don sur le site de la Fondation du Patrimoine www.fondation-patrimoine.org/78692 ou par chèque à l'ordre de "Fondation du Patrimoine - Montautre" à envoyer par courrier postal (80 avenue Baudin 87000 Limoges). Lors des Journées Européennes du Patrimoine, de nombreux visiteurs ont pu découvrir les richesses de ce domaine qui n'avait encore jamais été ouvert au grand public. Pour connaître les prochaines dates de visite du domaine, vous pouvez écrire à contact@chateau-de-montautre.fr. Vous pouvez également vous renseigner sur les deux chambres d'hôtes mises à la disposition des personnes qui souhaitent séjourner dans ce lieu historique et sur la salle des gardes qui peut être louée pour des réunions publiques. Pour plus d’information, n’hésitez pas à consulter le site www.chateau-de-montautre.fr ou contacter le propriétaire Serge Lacaze au 06 07 53 00 45.


à LIMOGES
La Cour d'appel de Limoges est une des 36 cours d'appel françaises. Juridiction de l'ordre judiciaire, elle connaît, sous réserve des compétences attribuées à d'autres juridictions, des décisions judiciaires, civiles et pénales, rendues en premier ressort. Elle statue également en appel sur les jugements des Cours d’assises du premier degré. La Cour d’appel est organisée en trois pôles : - le pôle pénal : chambre des appels correctionnels, chambre de l’instruction, chambre de l’application des peines. - le pôle civil : chambre civile et chambre de la famille. - le pôle économique et social : chambre sociale.