à LE CHALARD
Le bourg médiéval du Chalard est connu pour ses mines d’or qui y furent exploitées dès l’époque Gauloise. L’édification d’une abbaye au XIème siècle par Saint Geoffroy et ses moines est à l’origine du développement du bourg. Le site fut fortifié par la suite par les Anglais durant la guerre de Cent Ans. On peut y admirer la maison dite « Maison des Anglais », la « Baille » avec ses tourelles et échauguettes… et un riche petit patrimoine bâti. L’église romane abrite le tombeau de Saint Geoffroy qui est protégé par un buffet du XVème siècle. On y trouve également une chapelle ornée de fresques. Au chevet de cette église, se trouve un surprenant cimetière de moines dont certaines pierres tombales sont sculptées.
Dans la Maison de l’Or vous découvrirez un monde mystique : celui des mines d’or. Une exposition permanente permet de comprendre l’épopée gauloise, puis tous les procédés modernes d’exploitation : prospection, extraction, traitement, environnement et utilisation du métal précieux.
A découvrir également : les vestiges du prieuré Notre-Dame et sa salle capitulaire (propriété privée à découvrir lors des journées du patrimoine) et le pont médiéval de la Tour.

Des visites guidées du village et de la maison de l'or sont proposées aux individuels durant l'été et durant toute l'année pour les groupes.
Renseignement Office de Tourisme Intercommunal du Pays de Saint-Yrieix 05 55 08 20 72
à SAINT YRIEIX LA PERCHE
La ville de Saint-Yrieix doit son nom à Arédius, le fondateur de la cité. Ce prêtre possédant un domaine gallo-romain installa ici un monastère vers 564. A sa mort, sa renommée fait de lui un Saint. C’est ainsi que naquit la ville qui porte aujourd’hui son nom, devenu par la suite Iriès puis Yrieix par déformation orale.
Saint-Yrieix a toujours été une ville de commerce, un carrefour économique depuis les temps antiques avec les grands axes d’échanges des métaux (mines d’or...). Aujourd’hui restent des pépites gourmandes : la madeleine, la pomme golden AOP…
L’une des premières réussites industrielles de la ville reste l’extraction du kaolin depuis sa découverte en 1765 par Jean-Baptiste Darnet. On trouve encore un grand choix de porcelaine à Saint-Yrieix.
A découvrir en se promenant dans les rues anciennes de la cité : la collégiale du Moustier, la tour du Plô (donjon du XIIIe Siècle), d’anciens hôtels particuliers…une Bible enluminée du XIIe siècle est exposée dans la bibliothèque médiathèque municipale.
Des visites guidées pour les groupes sont proposées durant toute l’année sur rendez-vous, contactez l'Office de Tourisme Intercommunal au 05 55 08 20 72
à BELLAC
Bellac, Sous-préfecture de la Haute-Vienne compte 4500 habitants. Au carrefour entre Limoges, capitale des Arts du Feu (40kms) et le Futuroscope de Poitiers (80 kms), elle se situe aussi à proximité d'Oradour-sur-Glane (30 kms)

Labellisée « Village étape », Bellac prend une place importante dans la vie touristique et culturelle du Haut Limousin.

Cité de caractère et ville natale de Jean Giraudoux, Bellac offre un registre varié d'activités culturelles, de loisirs et de détente : théâtre, cinéma, parc aquatique, randonnées, circuit de découverte historique...

L'histoire de Bellac se raconte au fil de ses monuments et ruelles pittoresques : église Notre-Dame de Bellac, châsse émaillée du XIIe siècle, maisons anciennes... Des panneaux explicatifs, implantés sur un circuit piéton permettent de lire "à paysage ouvert" l'histoire de la ville et de ses habitants.

Sur le "Chemin des diligences", vous avez rendez-vous avec Jean de La Fontaine sur le site même qui lui a inspiré "Le Coche et la Mouche".

Visite guidée de Bellac toute l'année sur rdv ( à partir de 10 personnes)
De nombreux hébergements et restaurants ouverts toute l'année vous accueillent pour un séjour réussi en Haut Limousin.

Renseignements et réservations au 05 55 68 12 79
à MONTROL SENARD
Ce vrai village limousin évoque la vie rurale du début du XXe siècle dans des lieux authentiques : la maison "Chabatz d'entrar" et son étable-cellier, le fournil de la ferme, le lavoir, l'école communale, le toit à cochons et à poules, le four à pain, le bûcher, le grenier, l'abreuvoir, l'atelier du sabotier, l'atelier du cordonnier...

Ouverture : avril à novembre.

Visites guidées pour groupes à partir de 10 pers. mini sur rendez-vous.
Tarifs : 5€/pers. Forfait scolaire : 25€/classe
Renseignements et réservations au 05 55 68 12 79
à VAL D'ISSOIRE
Dans ce charmant bourg médiéval, des panneaux explicatifs vous conduisent à la découverte d'une douzaine de maisons s'échelonnant entre le XVème et le XVIIIe siècle. Au détour des ruelles et des venelles, vous apprécierez les maisons à pans de bois et fenêtres à meneaux, portant parfois des traces de fortifications.

à SAINT LEGER MAGNAZEIX
Le Prieuré des Bronzeaux est le seul monastère grandmontain subsistant en Limousin. Devenu exploitation agricole depuis plusieurs siècles puis tombé peu à peu en ruines, il a été sauvé par une S.C.I créée pour la circonstance par des membres du Groupe d'Etudes et de Recherches sur les Grandmontains (G.E.R.E.G) Le site est classé Monument Historique depuis 1999.

Découvrez la cour du cloître, la salle capitulaire, le réfectoire monastique, le cellier et le dortoir à l'étage.
Présentation vidéo sur l'histoire et l'architecture de Grandmont. Exposition phonographique permanente sur les trésors de l'émaillerie limousine: châsses, croix reliquaires et le trésor de Grandmont. Exposition de peintures de Georges LEBRETON sur l'histoire de l'Eglise au temps des Grandmontains.
Conférences 2021:
- Samedi 17 juillet, à 15h: "Le Prieuré des Bronzeaux et l'Ordre de Grandmont" 5€/pers
- Samedi 14 août à 15h: "L'Eglise au temps des Grandmontains XI-XIIIème s." 5€/pers

Hors juillet et août, visite guidée sur rendez-vous.
Tarifs: 5€/pers, gratuit - 18 ans. Pour les groupes : 4€/pers. Sur place : espace détente, petite librairie spécialisée.



à SAINT GERMAIN LES BELLES
En pleine guerre de Cent Ans, le cardinal Roger, frère du pape limousin Clément 6, meurt et demande dans son testament l’édification d’une collégiale à Saint-Germain-les-Belles dans laquelle il puisse être enseveli. Cette collégiale Saint-Germain se bâti donc à l’emplacement d’un ancien édifice roman ; elle est la plus ancienne des églises fortifiées du département et son système défensif a souvent été comparé à celui du Palais des Papes d’Avignon. Deux étages défensifs sont reliés par un escalier à vis : au premier, l’ancienne salle capitulaire et sa grande fenêtre de guetteur ; au second, les combles au dessus de la nef et du chœur aménagés en salle d’armes, refuge. Un chemin de ronde, faisant le tour du chevet, est percé de baies de tir, d’archères et de mâchicoulis.
à SAINT VICTURNIEN
La petite ville de Saint-Victurnien doit son existence à un ermite écossais qui s'installa dans cette vallée aux alentours du 6ème siècle. Une église se bâtit autour de son tombeau.

Cette église romane du 12ème siècle possède un mobilier particulièrement riche : une douzaine de tableaux sont présents dans l’édifice ; deux d’entre eux, datés du 17ème siècle, représentent des moments de la vie de Saint Victurnien. Le trésor de cette église est tout aussi remarquable : sont exposés le buste reliquaire du saint, daté du 19ème siècle en bronze argenté et le reliquaire du crâne de Victurnien, réalisé en 1920 et en forme de ciboire, en bronze émaillé et en cuivre, comportant un décor émaillé peint. Les chapiteaux des portails nord et sud sont ornés d’une frise aux motifs végétaux.
à PEYRAT LE CHATEAU
Cette église, dédiée à Saint Martin, fut incendiée par les Brabançons en 1184 et reconstruite au XVème siècle. Plusieurs chapellenies et vicairies y furent fondées. Le portail sud paraît être du XIIIème, et celui du nord du XVème. A l'intérieur, rétable du XVIIème, anciennes boiseries, chapelle du XVème siècle, et voûte du XIIIème siècle. Elle est totalement restaurée en 1863 et le clocher est construit en 1893.
Monument commenté lors des visites de l'Office de Tourisme (sur réservation toute l'année pour les groupes de 10 pers. minimum).
à BEAUMONT DU LAC
Eglise d'origine romane, est est refaite en 1496. Elle dépendait du chapitre d'Eymoutiers. Nef unique, avec une porte au nord et une tourelle percée de meurtrières. 'Jeu de marelle' gravé sur un pignon. Les reliques qu'elle possédait étaient invoquées pour les guérisons de boîteries. La croix d'autel du XIVème siècle figure dans les expositions d'art limousin.