à SAINT LEONARD DE NOBLAT
Dernier témoin de l’importante activité papetière du Limousin au XVIIe siècle, le Moulin du Got fait aujourd’hui revivre des savoir-faire oubliés. Fabrication de papier à la main, de cartons d’art et travaux d’imprimerie avec des techniques allant du XVe au XXe siècle. Une invitation à mettre la main à la pâte et à découvrir un savoir-faire au service de créations contemporaines. Le Moulin du Got, dont la construction sur le Tard est autorisée en 1433, est en activité pour la fabrication papier dès 1522. Il permettait alors de fabriquer en moyenne, chaque année, 2400 rames de papier carré fin destinées aux imprimeurs parisiens. Moulin à une cuve, il faisait partie des vingt-quatre moulins à papier installés autour de St Léonard-de-Noblat. Le moulin s'est ensuite adapté aux débuts de la mécanisation vers 1820 et fonctionne jusqu'en 1954, en fabriquant du papier paille pour l'emballage, puis du carton "à l'enrouleuse" pour le moulage de jouets. Dès sa création en 1997, l’objectif de l'association « Le Moulin du Got » est d’assurer la sauvegarde et la transmission des anciens métiers de la papeterie, de l’imprimerie et des arts graphiques. Pour ce faire, l’association a embauché en quelques années, sept jeunes salariés à temps plein qui ont été formés par des bénévoles, anciens professionnels de la papeterie et de l’imprimerie. Après plus de dix ans de fonctionnement nos machines anciennes, sous la conduite de nos jeunes salariés, produisent chaque jour des commandes de qualité pour des clients exigeants ce qui nous permet de faire maintenant partie du réseau Luxe et Excellence en Limousin. Boutique, expositions régulières. Du 16 mars au 21 décembre 2019 : nouvelle exposition originale « Bestiaire de papier ». Créatures fantastiques sorties de l’imaginaire médiéval ou animaux exotiques, cette exposition présente un véritable zoo en papier réalisé par des artistes aux techniques multiples. Quant à l’équipe d’animation, elle est à votre disposition pour vous faire découvrir le Moulin, encadrer les groupes scolaires et animer les très nombreux ateliers pédagogiques sur tous les sujets autour du papier et de l’imprimerie
Visites guidées : - Du 20 février au 6 avril : mercredi et samedi à 15h. - Du 9 avril au 4 mai : mardi, mercredi, jeudi, vendredi et samedi à 15h (fermé le 1er mai). - Du 8 mai au 6 juillet : mercredi et samedi à 15h et les 18-19, 30, 31 mai et 1er juin à 15h et 16h30. - Du 8 juillet au 31 août : lundi et samedi de 14h15 à 17h15 ; mardi à vendredi à 10h30 et de 14h15 à 17h15 ; dimanche à 15h et 16h30 (15 août ouverture uniquement l’après-midi). - Du 3 au 28 septembre : mardi à samedi à 15h et pour les journées du patrimoine les 14 et 15 septembre de 14h15 à 17h15. - Du 2 au 19 octobre : mercredi et samedi à 15h. - Du 22 octobre au 2 novembre : mardi à samedi à 15h (fermé le 1er novembre). - Du 6 novembre au 21 décembre : mercredi et samedi à 15h. Boutique : du 20 février au 21 décembre 2019, du mardi au samedi (fermeture 1er mai et 1er novembre) de 14h à 17h30 et aux jours des visites guidées. Exposition : du 16 mars au 21 décembre 2019, du mardi au samedi (fermeture 1er mai et 1er novembre) de 14h à 17h30 et aux jours des visites guidées - entrée 3€ (visite libre)
Réservable en ligne
à EYMOUTIERS
L’ambiance montagnarde et la taille de la ville d’Eymoutiers pourraient laisser croire au visiteur pressé qu’il se trouve dans un gros bourg. Pourtant l’architecture de la ville où se lisent les multiples fonctions urbaines raconte une histoire qui est loin d’être banale. Le nom “ Ayen Moustiers ”, le monastère au pied de la colline, résume en un mot les origines monastiques d’Eymoutiers. La ville s’est développée autour du culte rendu sur la sépulture de Saint Psalmet, venu d’Irlande au tournant du VIIème siècle. Le site est stratégique : à cet endroit sur la rive gauche de la Vienne, des plates formes latérales surplombent la rivière et sont dominés par quelques puys arrondis. Il est donc possible de traverser la Vienne à gué et de fortifier les hauteurs. Fief ecclésiastique, Eymoutiers a la particularité d’avoir développé concurremment 2 noyaux de peuplement. En 1428 lorsque les habitants se dotent de leur charte de franchise, l’agglomération issue de la fondation religieuse prend le pas sur le noyau formé autour du château de l’évêque. La ville s’entoure alors de murailles. Au XVIIème siècle, les confréries religieuses et la corporation des tanneurs sont influentes. La ville est prospère, toutes catégories sociales s’y côtoient : notables, commerçants, artisans. L’enseignement y est dispensé dés 1629 pour les jeunes filles puis au collège des garçons en 1833 . L’état des routes au XIXème siècle a pour conséquence un trafic de proximité, les foires gardent ainsi toute leur importance. L’activité des tanneurs se poursuit jusqu’en 1914 , avec la persévérance du dernier tanneur. Elle donne une physionomie originale aux maisons dont les combles sont à pans de bois ouverts. Autre particularité pour une ville aux abords de la montagne limousine, les toits sont à faible pente couverts de tuiles creuses. Le parcellaire est étroit et dense ce qui n’exclue pas quelques belles maisons de notables. A la fin du XXème siècle, Eymoutiers connaît un nouveau souffle avec l’arrivée du chemin de fer et retrouve toute sa place de ville marchande pour la Montagne limousine. Au cours du XXème siècle, les activités autour du bois apportent de l’emploi. La ville se tourne vers le tourisme en valorisant son histoire, son patrimoine et ses personnalités avec notamment la création d’ un centre d’art contemporain dédié à Paul Rebeyrolle, artiste de notoriété internationale. Forte de son tissus commerçant, artisanal et associatif, Eymoutiers reste une ville forte et dynamique où il fait bon vivre quelques heures ou pour la vie !
Plan de la ville disponible à l'office de tourisme, à l'intèrieur de la collégiale ou en téléchargement sur tourisme-portesdevassiviere.fr. Rens : 05 55 69 27 81
à EYMOUTIERS
Eymoutiers a postulé, en 2018, pour obtenir le label des Petites Cités de Caractère®. Le dossier de la cité pelaude a rencontré un avis favorable auprès de la Commission chargée d’examiner les candidatures et Eymoutiers a intégré le réseau le 10 décembre 2018. Le concept de Petites Cités de Caractère® est né au milieu des années 70 pour valoriser des communes atypiques, à la fois rurales par leur implantation, leur population limitée, et urbaines par leur histoire et leur patrimoine. Ces villes, au riche patrimoine, autrefois centres administratifs, politiques, religieux, commerciaux, militaires, … ont souvent vu leurs fonctions urbaines se réduire après les révolutions administratives et industrielles de la France. Le projet des Petites Cités de Caractère® est, dans ces communes, de fédérer les différents acteurs autour d'un objectif : la sauvegarde du patrimoine comme levier de développement des territoires. Eymoutiers va donc bénéficier, entre autres, de la communication liée à cette structure : signalétique particulière, brochures, site internet, animations.
Un plan de la ville et à votre disposition à l'office de tourisme, en téléchargement sur tourisme-portesdevassiviere.fr. Rens : 05 55 69 27 81
à BOSMIE L'AIGUILLE
Un chemin facile d'accès où vous pourrez découvrir la faune et la flore locale, le petit patrimoine bâti et vous balader dans le parc du Boucheron.
Parking du gymnase
à SOLIGNAC
Une belle randonnée qui vous fera découvrir le patrimoine de Solignac et un panorama sur la vallée de la Briance. Ne pas manquer l'église abbatiale du XIIème siècle et ses coupoles hémisphériques, uniques en Limousin.
Parking place Georges Lemaigre-Dubreuil