à LE DORAT
La fontaine monumentale Lapeyrière fut inaugurée le 24 Novembre 1872 par les autorités, dont le Sous-Préfet de Bellac et par l’abbé P.E. Rougerie, futur évêque de Pamiers, qui prononça un éloquent discours plein de sentiments envers les donateurs.
à PIERRE BUFFIERE
Pour accéder à Pierre-Buffière, il faut emprunter un pont ou un viaduc. «  le pont de l’hermitage » ( ou «  le pont de la recluse » ) car un hermite ( ou une recluse ) mais il est appelé plus couramment «  pont vieux » car se trouvant sur l’axe Nord/Sud qui reliait Limoges à Brive, en passant par Pierre-Buffière, avant que l’itinéraire ne soit changé et passe par le pont Neuf. Ce pont gothique à ogives obtuses, construit au XIIè siècle sur la Briance, au confluent du Blanzou, fut plusieurs fois réparé suite à des inondations qui l’avaient endommagé. La nouvelle route Paris-Toulouse, dite tour à tour : route royale, route impériale et route nationale 20, a été terminée en 1777 après que les travaux aient commencé en 1742. Malgré cette nouvelle route, qui passe par le pont Neuf, la traversée de Pierre-Buffière, pentue et sinueuse, était restée difficile. Cette route, qui depuis 1979 est remplacée par les deux viaducs autoroutiers deux fois deux voies, domine les vestiges du château de Tranchelion, qui a d’ailleurs perdu son site défensif lors de la construction de la route. Le premier viaduc construit entre 1888 et 1891 en pierres de tailles de taille du pays, pour franchir la vallée de la Briance est le viaduc ferroviaire, sur la ligne Paris-Toulouse. Depuis longtemps, les pouvoirs publics avaient envisagé de dévier la nationale 20 pour éviter la traversée de la ville. La solution fut trouvée avec la construction d’une route à deux fois deux voies entre Limoges et la sortie de Pierre-Buffière. Pour franchir la vallée de la Briance et du Blanzou, il fallut ériger des viaducs aux caractéristiques impressionnantes : 308 mètres de long pour franchir la vallée de la Briance à 56 mètres de hauteur, 332 mètres pour le viaduc surplombant la vallée du Blanzou. Les techniques modernes utilisées ont permis de réaliser cet ensemble en trois années de travail, entre 1976 et 1979, temps d’étude compris. Entre le viaduc ferroviaire et le viaduc autoroutier se trouve le pont de l’hermitage qui permettait l’accès à Pierre-Buffière, dès le XIIème sur l’itinéraire Nord-Sud.
à SAINT VITTE SUR BRIANCE
Château construit au début du XVIe siècle, remanié au cours du XXe siècle. Cheminées en granit sculpté du XVIe siècle, grange élevée au début du XVIIIe siècle. Une parcelle du parc contient les vestiges de la chapelle. Le château de Curzac se visite uniquement pendant les journées du patrimoine. Mais on peut l'apercevoir lors de balade et en admirer les structures.
à MEUZAC
L'Ordre de Grandmont est un ordre monastique catholique originaire du Limousin. Les celles étaient des petits monastères. Il ne reste de la Celle Grandmontaine du Cluzeau que des vestiges ou presque, mais vous pouvez tout de même visiter les lieux, le site ayant été récemment dégagé. On y voit toujours quelques murs de l'ancienne chapelle, ainsi que de l'église. Ce sont bien les vestiges d'un prieuré grandmontain datant du XIIe siècle. Les emplacements identifiables sont : la chapelle, le cloître, le réfectoire, la salle capitulaire, le cimetière des moines, leur jardin. De l'autre côté de la route, on peut voir l'étang des moines.
à SAINT GENEST SUR ROSELLE
Saint-Genest possède l’une des 18 églises fortifiées du Limousin. Construite au XIIème siècles, de style roman Limousin, elle est notre principal patrimoine architectural et religieux. Sa tour carrée constitue un véritable donjon fortifié. On y voit encore à l’ouest et au nord, meurtrières et canonnières. À l’intérieur, la voute en plein cintre abrite un autel en bois dont la table repose sur une imposante racine de charmille, inauguré en 2001 en même temps que la nouvelle couverture du clocher. Le bénitier, dans l’entrée de l’église, est en loupe de châtaignier. Classée par les monuments historiques, on y trouve également une magnifique chaire à prêcher en bois polychrome datant du 18e siècles. Des statues, une de la Vierge en bois sculpté du XVIème siècles et deux d’évangélistes, viennent compléter ces quelques modestes trésors. Les cloches ont été fondues et mises en place en 1879, puis électrifiées en 1955.
à VICQ SUR BREUILH
Des enfants auraient trouvé vers l’an 1096 une statue de la vierge dans le tronc d’un châtaignier. Ils la mirent à l’église, mais le lendemain elle était de nouveau dans l’arbre. Ce miracle amena la construction de la chapelle à l’emplacement de l’arbre. Des fresques au talent de Roch Popelier en ornent les murs. Il s’y consacra pendant 3 années. Vous pourrez y lire la vie de Saint François d’Assise au milieu des animaux. Les chapelles peintes (Document descriptif disponible à l’Office de Tourisme Briance Sud Haute-Vienne)
à CHATEAU CHERVIX
Accolée à l'église, la croix des morts repose sur un socle en serpentine où les cercueils étaient posés avant d'entrer dans l'église.
à ORADOUR SUR VAYRES
A deux pas de la voie verte des Hauts de Tardoire, profitez d'une balade en famille pour découvrir une zone humide présentant des espèces animales et végétales emblématiques de cet écosystème.
Parking situé à l'ancienne gare qui constitue également le point de départ de la voie verte Oradour-sur-Vayres - Châlus.
à SAINT GERMAIN LES BELLES
Entre Saint-Germain-les-Belles et Magnac-Bourg, le viaduc ferroviaire du Croup, majestueusement intégré dans le paysage environnant depuis plus d'un siècle, domine de ses 48 mètres de hauteur, la vallée de la petite Briance. Edifié à partir de 1887, il est l'un de ces remarquables ouvrages d'art qui jalonnent les 99 km de la voie ferrée Limoges-Brive par Uzerche. Celle-ci fait partie de ces milliers de kilomètres de voies nouvelles construites à partir des années 1880 dans le cadre du plan Freycinet à une époque où la toute nouvelle III e République souhaitait s'approprier définitivement le territoire national au moyen d'un quadrillage complet destiné à améliorer la circulation des populations, des marchandises et de l'information.
à BONNAC LA COTE
Vous êtes dans les premiers contreforts des monts d’Ambazac. A quelques minutes de Limoges et de l’autoroute A20, L’Âne à Marie vous accueille dans une campagne verdoyante, un espace de pleine nature qui invite à la randonnée... avec l’un de nos ânes. L’animal portant vos bagages, vous pouvez apprécier pleinement le calme des espaces boisés, et y faire des rencontres avec la faune sauvage. L’Âne à Marie vous permet ainsi de redécouvrir le caractère placide de l’âne, qui en fait un vecteur privilégié pour la médiation animale auprès des personnes (adultes ou enfants) en difficultés.