Voir aux alentours calculer l'itinéraire

Portrait des Porcelaines Arquié

Maison de fabrication artisanale de porcelaine, les créations Pierre Arquié s’inscrivent aussi bien dans la tradition de
Limoges avec des boîtes de collection, que dans l’innovation à travers des projets de design artistique, industriel ou technique. Depuis dix-huit ans, leur activité s’ancre dans terreau fertile basé sur l’utilisation d’une porcelaine extra blanche et une chaîne de fabrication totalement manuelle.

Ainsi, les porcelaines Arquié savent répondre à tout type de demandes du grand public aux designers contemporains jusqu’aux industries les plus pointues. Reconnue pour sa maîtrise de l’ensemble des procédés artisanaux de la fabrication de porcelaine et ses innovations, elle a été labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant

 

L’histoire commence en 1996 lorsque Pierre Arquié lance la manufacture avec des boîtes de collections. Dès le début son ambition est claire : toute pièce sortie de ses ateliers sera créée sur place du début à la fin. Création de la forme, coulage, cuisson et décor, chaque étape a son artisan d’art. La boîte de collection est l’objet historique de l’entreprise, si bien qu’en 2007, lorsque Grégory Rosenblat, son gendre, reprend l’entreprise, il a la volonté de préserver cette activité qui rencontre encore un succès fort à l’international. En 2014, ses boites de collections sont présentées dans le cadre d’une exposition consacrée à l’art de vivre à la française à travers les produits de Limoges et sa région dans le prestigieux magasin Wako à Tokyo

 

Depuis quelques années, les porcelaines Arquié prennent un virage considérable en explorant des techniques novatrices à travers des marchés aussi divers que l’art, le design ou l’industrie. L’intérêt de leur travail se trouve dans des projets techniques, voire hors du commun, sur des sujets variés. Aussi, ils ne réaliseront un service de table que dans le cadre d’un projet particulier proposé par un chef. Jusqu’à présent la variété de leurs marchés s’étend au mobilier, les luminaires, le design, la cosmétique, l’industriel et d’autres curiosités diverses. Le point commun à tout ces projets : repousser les limites de la matière en respectant la tradition artisanale de Limoges.
 

Inspirer, encourager, renouveler : pour Arquié la valeur ajoutée ne se créé que dans l’innovation et la nouveauté. Pour répondre à ces demandes variées, l’atelier s’est donc progressivement reconverti vers des applications à haute valeur ajoutée et particulièrement avec la céramique technique. Ce champs d’exploration vise à sortir des utilisations classiques de la porcelaine pour exploiter au mieux ses propriétés : résistance mécanique, chimique et thermique. Ces atouts se révèlent tout à fait pertinents par rapport à d’autres matériaux comme l’acier qui s’oxyde et se corrode ou le plastique qui ne résiste pas aux températures élevées. Avec cette offre technique, les porcelaines Arquié sont impliquées dans différents projets de recherches notamment avec le Pôle Européen de la Céramique pour lequel ils ont participé à plusieurs programmes croisés. Pour ce faire, l’équipe a notamment été enrichie de la présence de Céline Poulier à la tête du pôle Recherche et Développement. Ils ont ainsi générer un savoir-faire technique décliné sur divers types de projets comme un concept de cheminée à l’éthanol, des échangeurs de chaleur ou encore des jars de broyage. Ces projets leur ont permis d’acquérir des compétences larges allant jusqu’aux pièces de grandes dimensions comme lors du projet Urbaser à Limoges pour la création d’objets de mobilier d’extérieur en céramique. 

 

Derrière chaque nouveauté se cache un défi technique dont l’apprentissage sert d’assise aux suivantes et plus largement au développement global de l’entreprise. Pour répondre à ces nouvelles exigences, un supplément de démarches scientifiques et techniques a été apporté au travail artisanal en atelier pour optimiser les procédés de fabrication. En fonction des besoins du client, les équipes d’Arquié combinent les différents paramètres de fabrication de la céramique pour obtenir des matériaux dotés de fonctions supplémentaires. Par exemple, en ajoutant de l’alumine à une composition classique de porcelaine de table, ils améliorent la résistance de l’objet. Ainsi, en partant du même processus artisanal qui continue de caractériser la qualité de leurs produits, la modification de la composition de la pâte à porcelaine et des modes de cuisson vont participer au renforcement de certaines propriétés. 

 

Pour répondre à ces évolutions de marchés, Gregory Rosenblat, ingénieur de formation, a repensé l’organisation en apportant à la fabrique artisanale une démarche construite de gestion d’entreprise. Tout est organisé dans une logique industrielle avec des fiches de commande, des processus qualité et des indicateurs de suivis qui permettent de rationaliser et structurer la production afin d’être toujours plus réactifs et performants. Les porcelaines Arquié ont donc développé sur ces dernières années une grande compétence de mise en oeuvre qui permet de satisfaire leurs différents marchés en étant capables de répondre aux demandes les plus originales. 

 

Divers collaborations artistiques sont inscrites dans l’histoire de l’entreprise comme par exemple The Smoon Christmas Tree réalisé avec l’artiste Sylvie Maréchal pour le Royal Monceau à Paris, un immense sapin de Noël orné de 400 pièces de porcelaine. Arquié est parfaitement ajustée à ce type de demande de par sa quête permanente d’innovation et sa capacité d’adaptation au changement et à la nouveauté. La plupart du temps, c’est un véritable travail de collaboration qui s’opère avec le designer. Il vient passer du temps dans l’atelier avec les équipes qui vont créer les pièces pour lui. C’est le moment du processus de création lors duquel les contraintes techniques rencontrent les rêveries artistiques générant de nouvelles idées tant pour la manufacture que pour le designer lui-même. A l’issue des échanges, un cahier des charges est monté en collaboration avec le designer prenant en compte aussi bien les contraintes que les grandes possibilités de la porcelaine. Cette dynamique de projet donne naissance à un objet unique et novateur de par ses fonctionnalités ou l’interêt esthétique de ses textures, dimensions ou formes. De véritables partenariats se sont créé entre Arquié et certains artistes. C’est le cas de Gilles Chavet, issu du milieu du prêt à porter de luxe, qui a co-créé plus de 150 modèles et boutons de manchette sous le nom de Mr. G.
 

Arquié amène la porcelaine là où ne l’attend pas. Si sa renommée publique est basée sur ses célèbres boites de collection, les divers projets de design sont également tout à fait reconnu dans les milieux concernés. Situé sur les quais en plein coeur de Limoges, cet atelier unique en son genre et à découvrir de même que son magasin d’usine attenant. 

Voir le portrait vidéo
Porcelaines Arquié, Grégory Rosenblat
Grégory devant un four à porcelaine
Porcelaines Arquié, émaillage des pièces de porcelaine
Emaillage des pièces de porcelaine à la main
Porcelaines Arquié, atelier de décoration et de conception
Peinture sur porcelaine, un travail minutieux