à VAL D'ISSOIRE
Dans ce charmant bourg médiéval, des panneaux explicatifs vous conduisent à la découverte d'une douzaine de maisons s'échelonnant entre le XV et le XVIIIe siècle. Au détour des ruelles et des venelles, vous apprécierez les maisons à pans de bois et fenêtres à meneaux, portant parfois des traces de fortifications.
à SAINT LEGER MAGNAZEIX
Le Prieuré des Bronzeaux est le seul monastère grandmontain susbsistant en Limousin sur les 21 fondations qui existaient à la fin du XIIIème siècle. Devenu ferme depuis plusieurs siècles puis tombé peu à peu en ruines, il a été sauvé de la destruction par des membres du Groupe d'Etudes et de Recherches sur les Grandmontains. Le site a été classé Monument Historique par la S.C.I. des Bronzeaux. Découvrez l'ancien réfectoire monastique, la cour du cloître, la salle capitulaire, l'ancien cellier et le dortoir à l'étage. Présentation vidéo sur l'histoire et l'architecture de Grandmont. Exposition photographique permanente sur les trésors de l'émaillerie limousine : châsses, croix reliquaires et le trésor de Grandmont.
Ouvert les 14, 21 et 25 juillet et les 4, 11, 18 et 25 août 2019 de 14h à 18h. Egalement ouvert lors des Journées Européennes du Patrimoine. Visite conférence : histoire et architecture de Grandmont : 5€/personne, gratuit pour les moins de 18 ans. Départs des visites à 14h30, 15h30, 16h30 et 17h. Groupes à partir de 15 personnes, maximum 50 personnes : 4€/personne. Sur réservation 15 jours à l'avance entre le 1er mai et le 30 septembre. Sur place : espace détente, librairie, boutique. Animaux acceptés.
à SAINT GERMAIN LES BELLES
En pleine guerre de Cent Ans, le cardinal Roger, frère du pape limousin Clément 6, meurt et demande dans son testament l’édification d’une collégiale à Saint-Germain-les-Belles dans laquelle il puisse être enseveli. Cette collégiale Saint-Germain se bâti donc à l’emplacement d’un ancien édifice roman ; elle est la plus ancienne des églises fortifiées du département et son système défensif a souvent été comparé à celui du Palais des Papes d’Avignon. Deux étages défensifs sont reliés par un escalier à vis : au premier, l’ancienne salle capitulaire et sa grande fenêtre de guetteur ; au second, les combles au dessus de la nef et du chœur aménagés en salle d’armes, refuge. Un chemin de ronde, faisant le tour du chevet, est percé de baies de tir, d’archères et de mâchicoulis.
à JABREILLES LES BORDES
L’originalité de cette petite église rurale de montagne réside dans ses vitraux contemporains en lithophanie de porcelaine, ce qui est unique dans la région. Ce sont en tout cinq verrières de Philippe Favier qui ont été réalisées par le Centre de recherche sur les Arts du Feu et de la Terre dans le cadre d’une campagne de restauration de l’édifice. On trouve également sur le porche de cette église une stèle d’origine celtique dédiée à la déesse Epona. A l’intérieur, on peut admirer un joli retable baroque et des peintures murales du 15ème siècle.
à SAINT VICTURNIEN
La petite ville de Saint-Victurnien doit son existence à un ermite écossais qui s'installa dans cette vallée aux alentours du 6ème siècle. Une église se bâtit autour de son tombeau. Cette église romane du 12ème siècle possède un mobilier particulièrement riche : une douzaine de tableaux sont présents dans l’édifice ; deux d’entre eux, datés du 17ème siècle, représentent des moments de la vie de Saint Victurnien. Le trésor de cette église est tout aussi remarquable : sont exposés le buste reliquaire du saint, daté du 19ème siècle en bronze argenté et le reliquaire du crâne de Victurnien, réalisé en 1920 et en forme de ciboire, en bronze émaillé et en cuivre, comportant un décor émaillé peint. Les chapiteaux des portails nord et sud sont ornés d’une frise aux motifs végétaux.
à PEYRAT LE CHATEAU
Cette église, dédiée à Saint Martin, fut incendiée par les Brabançons en 1184 et reconstruite au XVème siècle. Plusieurs chapellenies et vicairies y furent fondées. Le portail sud paraît être du XIIIème, et celui du nord du XVème. A l'intérieur, rétable du XVIIème, anciennes boiseries, chapelle du XVème siècle, et voûte du XIIIème siècle. Elle est totalement restaurée en 1863 et le clocher est construit en 1893.
Monument commenté lors des visites de l'Office de Tourisme (sur réservation toute l'année pour les groupes de 10 pers. minimum).
à BEAUMONT DU LAC
Eglise d'origine romane, est est refaite en 1496. Elle dépendait du chapitre d'Eymoutiers. Nef unique, avec une porte au nord et une tourelle percée de meurtrières. 'Jeu de marelle' gravé sur un pignon. Les reliques qu'elle possédait étaient invoquées pour les guérisons de boîteries. La croix d'autel du XIVème siècle figure dans les expositions d'art limousin.
à NEDDE
Eglise du XIIIème siècle avec des chapelles du XVème, entièrement recouverte de bardeaux de châtaignier. Un porche limousin est logé dans un avant-corps. Remarquez le verrou extérieur très ouvragé, avec de petits personnages (XVème siècle). Statue de Sainte Anne en bois du XVIIIème provenant de la chapelle détruite de Chadiérac.
Messes les samedis à 18h30 en juillet et août.
à SAINT MAURICE LES BROUSSES
Eglise de St-Maurice date du XIXe siècle et fut restaurée en 2012 par la municipalité.
Ouverte tous les jours.
à SAINT HILAIRE LES PLACES
Découvrez les deux églises du bourg dont celle du Vieux St-Hilaire, édifice roman du XIIe siècle située dans un charmant hameau préservé. Récemment rénovée, on peut y observer les superbes vitraux de Léa Sham's ainsi que de belles fresques datées de l'origine de l'église. En été, de nombreuses expositions estivales y sont organisées en accès libre.
Eglise paroissiale (le bourg) : ouverte tous les jours de 9h à 17h. Chapelle Notre Dame de la Visitation (le bourg) : ouverte tous les jours. Eglise romane du Vieux Saint-Hilaire : ouverte en été pour les expositions, sur demande auprès de la mairie, le reste de l'année.